Chargement Évènements

[Cinéma] VOST – De Fernando Trueba (Colombie)

Avec Javier Cámara, Nicolas Reyes, Juan Pablo Urrego
Titre original El olvido que seremos
9 juin 2021 / 2h 16min / Drame, Historique, Biopic

+ La luge et le dragon – 2017/RU/3min (court métrage précédant le film)

Synopsis et critique : Utopia

L’oubli que nous serons c’est d’abord une biographie adaptée de faits réels, celle du médecin Héctor Abad Gómez, narrée par son fils l’écrivain Héctor Abad Faciolince. C’est un roman en forme de Mémoires d’un fils sur son père qui lutte pour sortir les habitants de Medellín de la misère, un livre des souvenirs d’enfance d’Héctor Abad fils, devenu aujourd’hui l’un des plus grands écrivains colombiens.

Le film rejoint cette déclaration d’amour d’un fils à son père disparu, un regard doux et admiratif d’un fils vers son père, en couleurs pour les souvenirs familiaux communs, noir et blanc pour les événements survenus après la tragédie de sa disparition. Le film se rapporte évidement au roman, mais avec une poésie renouvelée, avec une vérité désarmante sur une collision frontale entre le bien et le mal, entre l’humanité et la stupidité, la bonté et l’irrationalité, la civilisation et la brutalité.

Nous sommes déjà l’oubli que nous serons est à la fois le portrait d’un homme exceptionnel qui s’est battu avec ses armes et dans son domaine (santé et vaccination) , une magnifique chronique familiale et l’histoire douloureuse d’un pays souvent marqué par la violence. Mais pas seulement. C’est aussi une chronique délicate et subtile de l’intimité familiale sur plusieurs décennies, une plongée saisissante au cœur de la violence colombienne et une radiographie de la classe moyenne de la seconde moitié du XXe siècle, à travers la famille d’un professeur de médecine engagé auprès des plus pauvres, un éminent médecin et militant des droits de l’Homme dans le Medellín polarisé et violent des années 70/80, de sa femme catholique traditionaliste, de leurs quatre filles et de leur fils – le narrateur.

En apprendre plus sur le cinéma Amitié Plus

 
Aller en haut