L’Extraordinaire Voyage de Marona

Accueil/Genre/Cinéma/L’Extraordinaire Voyage de Marona
Chargement Évènements

[Cinéma] VF – De Anca Damian

Avec Shyrelle Mai Yvart, Maïra Schmitt, Lizzie Brocheré
Nationalités roumain, français, belge
8 janvier 2020 / 1h 32min / Animation, Drame, Famille

Synopsis et critique :

L’épopée de la chienne Marona, qui se souvient de tous les maîtres qu’elle a aimés tout au long de sa vie, parlera tout autant à l’imaginaire des enfants (pas trop petits) qu’à celui des adultes. Accompagnée par le talentueux artiste belge Brecht Evens (créateur de la palette graphique du film, notamment), la réalisatrice roumaine Anca Damian signe ici une histoire très accessible malgré ses moments de gravité vaillamment affrontés (de l’acabit du mémorable Ma vie de Courgette). La qualité somptueuse de l’animation, vivante et vibrante, riche en esthétiques variées, ravit autant les mirettes qu’elle participe à l’incarnation des personnages, à la profondeur de leurs sentiments. Dans cette malle au trésor visuelle bluffante de poésie (imaginez un visage endormi sur lequel défilent des rêves, par exemple), où la musique joue un rôle d’importance, on ne perd jamais de vue la tendresse, la pudeur et l’optimisme. C’est un film salvateur, fait pour embellir l’univers, qu’on vous recommande plus que chaudement !

Née de l’union entre un Dogue argentin un poil canaille, avec pedigree et ascendance maltaise, et une chienne certes de rue mais « une vraie dame », Marona a d’office hérité de la philosophie de sa mère : « Un os et de l’amour, c’est tout ce qu’il faut dans ce bas monde ! » Grosso modo, il en faut peu pour être heureux. Mais même si ses exigences sont modestes, même si ses rêves sont humbles, Marona va rapidement déchanter. Fruit d’un amour aveugle, qui se fiche des races et des conventions, elle va très vite réaliser que les humains sont beaucoup plus compliqués, volontiers pusillanimes, et généreux en paroles bien plus qu’en actes. Marona va à peine avoir le temps de dire « Ouaf » que la voilà déjà arrachée à sa mère et sa douce langue chaude. Commence alors l’extraordinaire voyage du titre, au fil duquel Marona au grand cœur va chercher un maître qui l’aimera comme elle le mérite, et qu’elle aimera en retour !
Il y aura d’abord une poubelle, puis Manole – premier amour, première déchirure –, un saltimbanque haut en couleurs, à qui il faudra volontairement tourner le dos pour lui rendre sa liberté et ses rêves. Le coup de foudre était pourtant réciproque. S’en suivra l’adorable Istvan, un ouvrier immigré qui n’aurait jamais abandonné Marona si sa mère et sa femme (une autruche ?) ne s’en étaient pas mêlées. Puis viendra Solange, petite fille curieuse qui grandira avec Marona – c’est d’ailleurs cette mômette qui lui donnera son nom – et l’accompagnera jusqu’au bout du voyage…

Qu’est ce que c’est beau une vie de chien, quand elle est racontée avec autant de sensibilité, de talent, d’invention ! (O. J.)

En apprendre plus sur le cinéma Amitié Plus