Dumbo

Chargement Évènements
Cet évènement est passé

[Cinéma] VF – Tout public – Film de Tim Burton

Avec Colin Farrell, Danny DeVito, Eva Green plus
Genres Famille, Aventure
Nationalité américain
Date de sortie 27 mars 2019 (1h 52min)

Synopsis et critique :
Holt Farrier, une ancienne gloire du cirque, voit sa vie complètement chamboulée au retour de la guerre. Max Medici, propriétaire d’un chapiteau en difficulté, le recrute pour s’occuper d’un éléphanteau aux oreilles disproportionnées, devenu en quelques temps la risée du public. Mais quand les enfants de Holt (Nico Parker et Finley Hobbins) découvrent que celui-ci peut voler, l’entrepreneur persuasif V.A. Vandevere (Michael Keaton) et l’acrobate aérienne Colette Marchant (Eva Green) entrent en jeu pour faire du jeune pachyderme une véritable star…

Faut-il encore présenter l’histoire de Dumbo, cet éléphanteau aux grandes oreilles, né dans un cirque, qui transforme sa différence physique en véritable force pour s’envoler ? À l’origine, il s’agit d’une histoire pour enfants écrite par Helen Aberson, que les studios Disney ont convertie en film d’animation en 1941. Dumbo est ainsi numéroté comme étant le 4e classique d’animation de Disney, ce qui peut expliquer pourquoi les plus jeunes n’ont peut-être jamais eu l’occasion de découvrir ce film, âgé de pas loin de 80 ans.
Mais malgré son grand âge, Dumbo, ou tout du moins, son sujet, n’a pas pris une ride. L’histoire d’origine évoque la différence, le rejet, mais également l’amour familial et la force de s’élever au-delà de ce qui nous oppose. Des thématiques qui ont vraisemblablement parlé à Tim Burton, réalisateur au style tellement marqué qu’il est quasiment un adjectif du langage courant. Évoquer le style burtonien, c’est évoquer le gothisme, le macabre, Johnny Depp surmaquillé et Danny Elfman à la musique.

De tout ça, Tim Burton n’a gardé que son fidèle acolyte compositeur, qui s’est librement inspiré de la musique du film d’animation originel. Plutôt que la noirceur d’un monde cynique, le réalisateur a décidé de mettre en scène le côté joyeux, mais fauché, d’un cirque qui sillonne les États-Unis dans les années 50. On pense évidemment à Tod Browning et sa parade monstrueuse et touchante dans l’inoubliable Freaks ce qui permet à Burton de convoquer ses thèmes favoris, l’enfance, la « monstruosité « , l’incompréhension du grand public face aux artistes, les danger de l’uniformisation…
Avec Dumbo, Burton s’attache donc une nouvelle fois à un petit être difforme, ce petit monstre innocent, moqué pour sa maladresse apparente (Dumbo venant de dumb, idiot en anglais) et son physique incongru. Il en fait une œuvre tendre et personnelle, bien plus qu’une simple adaptation live de plus, une véritable œuvre sur la puissance de la différence, du handicap et de la solidarité.

En apprendre plus sur le cinéma Amitié Plus